Cruseilles vu par les écrits anciens

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

P 174 Mœurs et Coutumes de la Savoie du Nord " Enquêtes de Monseigneur Rendu  

 

"Monseigneur,

Je vais tacher d'obéir, il en bien  temps, à l'ordre que Votre Grandeur m'a donné le  quinze avril.

Dans cette paroisse, le dimanche avant noël, un petit nombre de particuliers offrent un peu de froment en l'honneur de Notre Dame du puits. La Saint Clair, La St Sébastien et la St Antoine y sont des fêtes à dévotion, auxquelles on donne les reliques à vénérer, ceux qui les vénèrent offre ordinairement un sou à celle de Saint Antoine on bénit des grains et du sel pour les animaux :  quelques personnes vont en pèlerinage à St Clair, à St Germain et à St François de Sales. Après la moisson on bénit les têches et les maisons . Il ne s'y fait pas de noce bruyante, quelques-uns assemblent leur proche-parens. Il ne s'y fait de fêtes que celle du quinze janvier, foire des domestiques, qui est plutôt une fête de scandale que la fête du patron du Royaume et de la paroisse : on y joue aux cartes at aux quilles, quelque fois pendant les offices divins.

Les grands repas n'y sont pas en usage. En général ceux qui peuvent exercent volontiers les œuvres corporelles de miséricorde  : un certain nombre d'hommes vont au printemps du coté de Genève, travailler au vigne, un petit nombre y vont pour les foins  et un plus grand nombre des deux sexes pour la moisson. Il y a l'hiver des réunions autour des fourneaux, des entrevues, des tête à tête entre les personnes de différent sexe et des veillées, il y a peu de danses, quelques échappées mais rarement . Les filles qui y vont sont privées du voile de la Confrérie, cela peut les retenir un peu.

Quelques personnes observent le chant des coqs et des poules à l'heure indue et craignent des malheurs. 

On a recours aux diseurs de paroles  et aux faiseurs de grimace, les personnes religieuses même, lorsqu'on a des taches aux yeux. Ils agissent de même lorsque eux ou leurs animaux se sont fait des entorses. Quelque uns croyent au maléfice.

Une partie des hommes se dispensent volontiers de la messe de la paroisse, quelques uns du devoir pascal.

Beaucoup négligent d'envoyer les enfans  aux écoles et  quelques fois  au cathéchisme et en les envoyant au Châble prendre quelques livres de sel les habituent à la contrebande, qui n'est que trop commune  surtout parmi  les femmes et les filles. 

Daignez agréer l'assurance du respect le plus profond avec lequel j'ai l'honneur d'être Monseigneur de Votre Grandeur.

Le très humble et très obeissant serviteur "  

Trosset Curé 

P 556-557" Les visites pastorales du diocèse de  Genève par l'évêque Jean De Bertrand ".

 

Le 1er septembre, l'évêque a visité l'église paroissiale de Cruseilles, ayant cent quarante feux, valant en revenu deux cent quarante florins, étant à la collation de l'évêque, dont le curé est Guigue d'Alby, docteur en droit civil, Chanoine de Genève, ayant comme vicaire Jean Cotier. 

Dans l'église, il manque les images du crucifix et de Saint Maurice, patron, la clôture du chœur, des vitres sont à réparer, il manque deux étoles et deux manipule, une croix et un manuel ; la pierre des fonds baptismaux est défectueuse. Injonction a été faite aux paroissiens de réparer ces défaut dès qu'ils le pourront, car il ne leur a pas été fixé  de délai eu égard à l'incendie dont ils ont souffert. 

L'église possède une chapelle avec deux recteurs, sous le vocable de Notre-Dame, fondée par les nobles de Compesières avec la charge de six messes et une dot de vingt livres, dont les recteurs sont Jacques Provanaz et Jacques  Delavy, clercs, le patron est Pierre de Compesières. une autre sous le même  vocable, fondée par les nobles de Dérée  avec la charge de huit messes et une dot de vingt-quatre livres, dont les recteurs son Pierre de Moyron, chanoine de Genève, et Jean Vachier, le patron est Mermet Métral, de Thorens; deux chapelles conjointes fondées par la famille Magnin avec une dot de dix livres et la charge de quatre messe, dont le recteur est Adénar Convers, chanoine d'Annecy, les patrons  François et Jean Magnin; dans le chœur de l'église, une autre chapelle fondée par Nycod Chapellut, dont le recteur est le dit Adémar, les patron, les héritiers du fondateurs . 

Dans le château de ce lieu, trois chapelles ont été fondées par les seigneurs de ce château; dans la première, le recteur est Pierre de Colombier er elle vaut onze livres; la seconde  sept livres; dans la troisième le recteur est Jean Goren et elle vaut sept livres ; elles sont à la collation de l'évêque. 

Service gratuit et accessible à tous

Je crée mon site
Créez votre blog gratuitement avec