BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De l'annexion à nos jours 

La population connaît un déclin régulier dû en partie à l’exode rural. Les effectifs sont au plus bas vers 1980 avec 172 habitants. Une reprise intervient néanmoins depuis les années 1990. En 1862, une mairie-école est construite. Dans les années 1870, une fruitière temporaire fonctionne dans la« montagne du Sappey », mais une véritable société fruitière est fondée en 1911. La guerre de 1870 fait un mort dans la commune. En 1894, la foudre s’abat sur l’église, qui fait fondre deux cloches et détruit le clocher. La Première guerre mondiale fait 23 morts sur 65 mobilisés, soit 4,36% de la population de 1911. L’année 1926 voit la construction de la grotte Notre-Dame de Lourdes à Clarnant. Le projet d’un monument commémorant le souvenir des morts de la Grande Guerre est approuvé en 1920. Il s’agit d’un monument funéraire avec piédestal et stèle en granit qui arbore une croix religieuse sculptée. La mécanisation de l’agriculture s’amorce timidement à partir des années 1920, avec notamment la présence d’une batteuse, mais les activités sont gênées par un morcellement important du parcellaire et l’étroitesse des exploitations.La commune s’équipe progressivement avec l’arrivée de l’électricité et des travaux d’adduction d’eau importants en 1936. La Seconde Guerre mondiale ne fait pas de victimes, mais la commune compte au-moins un prisonnier de guerre. On raconte que pendant le conflit, le curé de la paroisse aurait caché des Juifs. Après la guerre, les réseaux d’eau, d’électricité et de téléphonie sont renforcés. En 1971, Le Sappey ne compte plus de prêtre résident. C’est le curé de Vovray qui officie. La commune reste à vocation agricole, mais le nombre d’exploitations diminue fortement : 23 en 1971, 6 en 2010 ! En 1975, la commune est sinistrée par la grêle du 18 septembre. Le clocher de l’église est entièrement refait en 1978. Dans les années1980, sur l’emplacement de l’ancien presbytère, on bâtit un édifice communal regroupant mairie, salle de classe et salle polyvalente.

 

Service simple et gratuit

Créer un site web gratuit