Depuis l'annexion

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

Depuis l'annexion 

L'année 1881 marque la fin d'un essor démographique qui a touché la commune de puis 1866, avec 701 habitants. Mais jusqu'en 1939, la population ne cesse de diminuer (644 habitants en 1911, 480 en 1936, 262 en 1968 !). Une belle reprise se dessine à partir des années 1980. 

Dès l'annexion, des travaux importants sont menés. Une mairie école est édifiée en 1864. En 1868 débutent les travaux d'édification d'une nouvelle église, bâtie dans le style néogothique, avec inversion de la nef, avec conservation du clocher et de la porte gothique de l'ancien édifice. 

En 1877, une dame Dubouchet fait une donation en faveur de l'installation d'une école de filles au village de la Rippaz. 

Un nouveau cimetière est inauguré en 1896. 

Huit soldats meurent au cours du conflit contre la Prusse en 1870, soit au combat, soit des suites de blessures de guerre. 

En 1901 est créée une société fruitière. 

En 1906, dans le cadre de la loi de Séparation de l'église et de l' État, les opérations d'inventaire des bâtiments et biens du culte suscitent la mobilisation d'une partie des habitants. 

La première guerre mondiale fait 42 mort sur 83 mobilisés. Menthonnex a payé un prix très fort car cela correspond à un pourcentage de plus de 6 % par rapport à la population de 1913 ( la moyenne française n'est que de 3,4 %). De plus, les rescapés ont tous été bléssés. Un monument aux  morts qui figure un poilu sur un piédestal est  édifié en mémoire des défunts. Il est déplacé en 2009 et fait face à l'église. 

L'entre deux guerres voit diverses améliorations : implantation du réseau d'eau en 1923-1935, modernisation de l'agriculture au plan technique (moteurs, faucheuses ...) même si les exploitations restent modestes et morcelées, électrification de la commune, installation d'un bureau de poste... Divers oratoires sont édifiés à l'initiative du curé Descombes, dont celui dédié à Saint Roch et à Sainte Agathe au Crêt Lovet, ainsi qu'une salle paroissiale en 1935. 

Les opérations militaires de la Deuxième guerre mondiale font deux morts et sept prisonniers. Dans le cadre des affrontements contre la Résistance en 1944 aux Glières, on déplore le décès d'Aimé Demolis, exécuté le 20 mars aux Plagnes, au dessus d'Upsilon en compagnie de trois autres personnes. 

Depuis la guerre la commune s'est modernisée : renforcement des réseaux d'électricité et d'eau, goudronnage des chemins,  salle des fêtes, nouveau groupe scolaire,  etc. La vocation agricole de la commune s'amenuise, avec 39 exploitations en 1971, 12 en 2010.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Outil gratuit et accessible à tous

Créer un site
Créer un blog avec