La période moderne

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

Période moderne 

La population diminue à partir de la fin du XVIe siècle sous l'effet de la peste, des guerres et des disette, pour connaître un nouvel  essor au XVIIIe (423 habitants en 1773).

Les habitants vivent de l'agriculture, mais Menthonnex compte aussi quelques notaires et autres artisans (forgerons, six moulins vers 1730...). 

Cette  agriculture est misérable, même si le territoire de Menthonnex est considéré à l'époque comme un "bon fond". Les trois quarts des propriètès recouvrent moins de 5 hectares. En raison  du faible rendement, la culture des céréales occupe 65 % du sol, au détriment de l'élevage. 

En 1701, la paroisse de Menthonnex retrouve son autonomie. 

Elle est définitivement  séparée de celle de Villy-le-Bouveret  après plusieurs siècle de vie commune.

L'église, le presbytère  sont rénovés en 1787.