La période moderne

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

La période moderne 

 

Dès le début du XVIe siècle, la population connaît un essor fulgurant pour aboutir à un maximum de 412 habitants vers 1561. Par la suite, la peste, la guerre, les disettes effectuent à nouveau des coupes sombres au sein des effectifs. On compte 297 habitants en 1734.

Le pape Jules II, par bulle du 8 mars 1549, unit la paroisse du Sappey au chapitre Saint-Pierre de Genève. L’agriculture fait vivre toute la population. Faute de rendements suffisants, laculture des céréales occupe une majeure partie du terroir : « Les deux tiers de terres et l’autre de montagnes et prés ». Sur la valeur agricole des terres, on estime que c’est un « bon fond ».