Période antique

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

Villy antique 

La langue gaulois s'est perpétuée dans quelques noms de lieux locaux :  

Barbe (bourbe) 

Luce  (terre labourable) 

Champs Bar (hauteur colline),

Louversin (grand bois) 

La Verne (l'aulne) 

Au cours de la période romain, Villy était placé sur un axe secondaire qui filait de Cruseilles (par les Follats), traversait les Usses, filait vers Les Petits Pierres (Menthonnex-en-Bornes), en passant sous un point de surveillance ( lieu dit de Bellegarde), pour rejoindre les secteurs actuels d'Arbusigny et d'Annemasse. 

Quelques domaines agricoles importants avec leur villa (la maison du maître) comme en témoignent quelques vestiges de tuiles romaines (à Longemalle) et divers anciens noms évocateurs  :  Les murailles,  Montagnier (de Montanius), Averny,  Patreny, Les Cours. 

La diffusion du christianisme depuis Genève est illustrée par le toponyme : Les Converts ( les nouveaux convertis).