BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Roc du château. 

Dans la tradition orale, le roc du château serait un camps allobroge. La plateforme sommitale du site est trop étroite pour abriter un oppidum. 

Néanmoins ce site à été fortifié à une époque indéterminée puisque des éboulis assez nombreux de cailloux ont été retrouvé sur place. 

Cela devait être un poste d'avant garde placé sur une hauteur du Salève pour avertir au moyen de feux les habitants du plateau des Bornes et/ou une protection pour le Plan qui est tout proche. 

Il est situé sur un axe frontalier d'un ancien pagus. 

Les pierres retrouvées sur place ne comportent pas de liant accroché à elles, ce qui fait penser que ce poste était antérieur aux romains qui utilisaient déjà du mortier pour tenir les pierres. Il a pu être utilisé à travers les périodes sensibles de guerre et d'invasion puis abandonné relativement tôt dans l'histoire. 

 

La partie sommitale du site 

Les éboulis de pierres sèches 

Création gratuite et simple

C'est parti