Vovray-en-Bornes à la période antique

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Aux  Bornes du temps passé

Site de la section de la Salévienne du plateau des Bornes 

Vovray antique

La langue gauloise s'est perpétuée dans certains noms de lieux  : 

Les Bénés : la pointe 

Le Vernay : l'aulne 

Toretier : la hauteur 

Le Moury : évoque des murs 

Le Verdand (devenu Vardon) une hauteur fortifiée. 

Il est fort possible que le territoire de la commune ait abrité un ou plusieurs domaines gallo-romain avec leur villa, la maison du maître.

Le Roc du Château est cité dans le PLU de la commune comme secteur archéologique. 

Service simple et gratuit

Je crée mon blog
Créer un blog avec